• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Identification du  POLLEN. © inra, Centre Poitou-Charentes

Les unités du centre

Unité de recherche pluridisciplinaire Prairies et plantes fourragères

L'unité de recherche pluridisciplinaire Prairies et plantes fourragères (URP3F) étudie les prairies semées, introduites dans les rotations de cultures. L'enjeu est d'améliorer la durabilité des systèmes fourragers et des systèmes d'élevage.

Dactyle, Centre Poitou-Charentes. © inra, Armelle Pérennès
Par Service communication INRA Poitou-Charentes
Mis à jour le 04/09/2018
Publié le 22/01/2013

Les prairies sont un atout majeur pour développer des systèmes d'élevage durables. Elles permettent d'améliorer l'autonomie des élevages et apportent des services écologiques variés.

Les recherches de l'URP3F visent à améliorer la valeur agronomique des prairies semées, allonger leur durée de vie et accroître leurs bénéfices environnementaux pour répondre en particulier à des objectifs d’adaptation au changement climatique et d’économie d’intrants, notamment à travers une meilleure valorisation des légumineuses, pures ou associées. Les leviers permettant de répondre à ces objectifs sont le choix des structures génétiques semées (choix d’espèces et de composition de mélanges), l'amélioration des variétés et l’adaptation des pratiques de gestion. L'unité associe des compétences en génétique, écophysiologie, écologie, agronomie et amélioration des plantes. Située à Lusignan, elle rassemble 51 agents permanents.

Site web de l'unité

Analyser le fonctionnement de la végétation des prairies semées

Les scientifiques cherchent à :

  • analyser et modéliser le fonctionnement des espèces fourragères pérennes et des communautés végétales prairiales, en réponse aux contraintes du milieu extérieur (eau, azote, lumière) et aux pratiques agricoles (fauche ou pâturage)  ;
  • comprendre comment la diversité végétale semée (espèces, variétés, génotypes), les contraintes du sol ou du climat et les pratiques agricoles, déterminent la valeur agronomique de ces prairies et conditionnent leur durée de vie et leurs bénéfices sur l'environnement et sur la biodiversité.

Equipement : laboratoires, parcelles, serres et chambres de culture, une collection de ressources génétiques

  • laboratoire de biotechnologies pour le marquage moléculaire à moyen débit (extraction d’ADN, génotypage par marqueurs PCR en interface avec les plateformes de séquençage et génotypage haut débit de l'Inra) et pour la cytogénétique et l’histologie (mesure de la ploïdie par cytométrie de flux, comptage chromosomique et hybridation in situ, coupes histologiques d’organes végétaux),
  • laboratoire de biochimie pour évaluer la valeur alimentaire des fourrages, la composition de mélanges prairiaux (mesure des teneurs en protéines, sucres, cendres, fractions des parois ligno-cellulosiques) et la composition élémentaire en carbone, azote et leurs isotopes,
  • parcelles et installations expérimentales : parcelles, pépinières, serres et chambres de culture, chambres froides pour conserver les graines,
  • équipements d'écophysiologie (équipements de caractérisation du milieu, de l’architecture des plantes, de l’acquisition et de l’allocation des ressources dans les plantes),
  • le Centre de ressources génétiques des plantes fourragères et à gazon.
Contact(s)
Auteur(s) :
Service communication INRA Poitou-Charentes
Autre(s) contact(s) :
Durand Jean-Louis, directeur (05 49 55 60 94), Litrico Isabelle, directrice adjointe (05 49 55 61 48)
Les simulations climatiques de Météo France montrent que les déficits hydriques sur la période mai-septembre risquent de se renforcer dans les années futures. De plus en plus d’éleveurs (zones inférieures à - 450 mm) devraient associer dans leurs prairies des variétés tempérées de graminées fourragères à des variétés méditerranéennes.. © Inra, Terre Ecos

Orienter la génétique aujourd'hui pour préparer les prairies de demain

Dans vingt ans, sous un climat modifié, quelles espèces et variétés les éleveurs devront-ils semer dans leurs prairies ? Le projet Climagie a étudié la question afin d’aiguiller les recherches des semenciers. Avec un double objectif : produire en quantité et en qualité pour nourrir les animaux et réduire les impacts environnementaux.